Villematier : son passé

Coordonnées Mairie

 

Mairie de Villematier

1 Place de la Mairie

31340 VILLEMATIER

 

Tél : 05.34.27.68.20

Fax : 05.34.27.68.21

 

 

Formulaire de contact

 

Heures d'ouverture de la Mairie

Le mardi, mercredi et vendredi de

8h30 à 12h et de 15h à 18h

 

Le samedi matin de

10h à 12h

 

A noter 

Les mois de juillet et Août la mairie est fermée le samedi matin

 

 

PDF

Envoyer par mail

Envoyer par mail


Séparés par des virgules
Vous êtes ici :

Villematier : son passé

Autrefois le village de Villematier  appartenait  au vicomté puis à la commune de Villemur. Il a obtenu son indépendance en 1907.

1073-1167 : premières traces du nom de Villematier : le nom de Villematier (et de son église Saint Pierre) apparaît pour la première fois dans certains documents anciens qui sont le patrimoine de l’abbaye de Moissac (1073) et la liste des paroisses constituant l’archidiaconé de Villelongue (dont l’Ecclesia de Vilamater) donnée par le cartulaire de Saint-Sernin (1156-1167)

1271 : le saisimentum (procés-verbal) de prise de possession du comté de Toulouse par le roi Philippe III ne mentionne pas Villematier pami les territoires du baillage de Villemur.

1319 : Philippe V échange Villemur contre des fiefs d’Ile de France avec le chevalier Pierre de la Voie.

1342 : en remerciement pour services rendus, Philippe V érige la baronnie de Villemur en vicomté.

1425-1559 : après la famille de la Voie (sans postérité), la vicomté appartient au comte de Foix, puis à Jeanne d’Albret (mère du futur roi Henri IV).

1585 : au mois de mars Henri, roi de Navarre séjourne à Villemur.

1596 : Henri IV vend la vicomté de Villemur au Duc de Lesdiguières qui la revend à Louis XIII en 1621.

1643-1666 : la vicomté est aliénée successivement à deux chevaliers :Ardier puis de Fieubet-Caumont. Elle retourne en 1666 dans le domaine royal.

1719 : le roi Louis XV cède la vicomté au Comte de Belle-Isle qui la revend en 1731 à Joseph Bonnier de la Mosson.

1775 : Guy de Ménoire de Beaujau, chevalier , conseiller du roi, achète la vicomté de Villemur.

1789-1790 : la révolution abolit le régime féodal et met Guy de Ménoire en l’état de simple particulier.

1812-1877 : les habitants de la section de Villematier font plusieurs demandes afin que Villematier soit érigé en commune distincte de Villemur. Toutes les demandes furent rejetées.

1903-1907 : les conseillers municipaux de la section de Villematier siégeant au conseil municipal de Villemur effectuent de nouvelles demandes afin que Villematier soit érigé en municipalité distincte (les comptes rendus des réunions du conseil municipal en témoignent).Cette revendication aboutit en 1907. La loi adoptée par le sénat et la chambre des députés distrayant la section de Villematier de la commune de Villemur pour l'ériger en municipalité distincte est publiée au journal officiel de la République du 12 juillet 1907.

Evénements marquants du passé, anecdotes,légendes

⇒Construction du pont à bascule en 1910

⇒Installation du téléphone en 1911 (cabine avec gérant)

⇒Construction du bâtiment mairie-écoles : 1913-1923

⇒Electrification de la commune en 1930

⇒Electrification des bâtiments communaux en 1931

⇒Electrification de l'église en 1932

⇒Les inondations de 1930 :

114 sinistrés sont répertoriés par la municipalité (réunion du conseil municipal du 19 avril 1930)

 

inondation inondationinondation inondation

 

Compte rendu de la réunion du Conseil municipal du 10 mai 1903 concernant la demande d'indépendance de Villematier:

Mr le Maire (Jean Marie Brusson) donne lecture d'une lettre de Mr le préfet au sujet de la demande d'érection de la section de Villematier en commune distincte, accompagnée du dossier relatif à la demande.
Avant d'aborder toutes discussions, Mr le Maire appelle l'attention sur des demandes pareilles faites à plusieurs époques basées sur des arguments qui ont toujours été réfutés et ayant toutes abouti auprès des divers CM à des votes contraires (il est fait allusion ici aux demandes de sécession de Magnanac, Sayrac et le Terme en 1878; demandes repoussées, mais réalisées par Bondigoux en 1870 et La Magdelaine en 1882 ).
Mr le Maire dit que depuis une trentaine d'années que la dernière demande de séparation a été faite, la section de Villematier a subi d'importantes transformation à son avantage. Il serait beaucoup trop long s'il voulait refuter tous les arguments invoqués par elle à l'effet d'obtenir qu'elle soit érigée en commune distincte de celle de Villemur dont elle fait actuellement partie. Il se borne à dire que ses habitants ne sauraient se prévaloir de leur nombre ni de l'étendue du territoire qu'ils occupent, attendu que si leur demande aboutissait, il serait absolument indispensable de réduire cette étendue et d'en détacher une bonne partie pour l'adjoindre au territoire de la commune de Villemur sans quoi cette dernière serait réduite à des limites tout à fait infimes. Mr le Maire fait remarquer que la ligne séparatrice projetée telle que l'indique le plan n'est guère qu'à 300m environ de Villemur ville. Au point de vue topographique, Villematier est une des sections les plus favorisées. La section de Villematier est pourvue d'une église en bon état dont la toiture a été remaniée en entier l'année dernière, le porche et le beffroi ont également subi une réparation. Le presbytère est très confortable ainsi que les 2 écoles. Le hameau de Villematier possède 2 pompes dont l'une récemment réparée a coûté 500frs environ. Celui de Raygades est également pourvu de tout ce qui lui est nécessaire. Presque chaque année, ajoute le Maire, l'administration municipale a fourni des séries de buses pour l'amélioration des routes et depuis 8 ans qu'il (il s'agit certainement d'un conseillé de la section de Villematier) appartient à l'administration municipale de Villemur, il reconnaît qu'il a été fait chaque année des réparations importantes aux chemins de cette section. L'année dernière il a été procédé à une réfection totale du cimetière : pose du portail d'entrée en fer, réfection du porche de l'église ainsi que de la partie comprise entre cet édifice et le cimetière qui a été cimentée.Depuis qu'il est à la tête des affaires, Mr le Maire constate que les moindres désirs manifestés au sein du conseil par les élus de cette section ont toujours reçu satisfaction immédiate, aussi est-il porté à croire que leur demande d'aujourd'hui ressemble à de l'ingratitude.
L'assemblée municipale doit-elle donner son approbation à cette requête ? Mr le Maire répond : non !
Nous formons, dit-il une seule famille, nous avons jusqu'à ce jour bien géré les affaires ensemble et je déclare devant cette assemblée que je verrais avec peine qu'une partie de la commune fut distraite pendant mon administration. Et il ajoute : "pénétrez-vous bien, messieurs qu'une grande partie du territoire de Villematier appartient à des propriétaires habitant Villemur et que d'un autre côté, la population de cette section à des intérêts différents (que veut dire par là Mr le Maire ?).Les habitants du hameau de Raygades ne se rendent jamais au village de Villematier, ni pour leurs provisions ni pour le culte, d'où il résultera que si la demande de séparation aboutit, nous allons assister à un déplorable antagonisme entre Raygades et Villematier et on peut prévoir le jour où Raygades invoquera pour se séparer de Villematier les mêmes raisons que Villematier cherche aujourd'hui à faire valoir pour se séparer de Villemur". Mr le Maire termine en protestant contre la demande des habitants de cette section et pour les raisons que nous venons d'analyser engage le conseil à donner un avis défavorable.
Le conseil vote au scrutin secret et à la majorité de 14 voix contre 3, rejette la demande des habitants de Villematier.
Commentaire : les 3 voix en faveur de la sécession proviennent certainement des 3 conseillers de la section de Villematier.